This page has been robot translated, sorry for typos if any. Original content here.

DÉTENTION ADMINISTRATIVE, INSPECTION PERSONNELLE, INSPECTION DES CHOSES ET RETRAIT DE CHOSES ET DE DOCUMENTS




[ kodeks.zip [188 044 kb] ]



SECTION IV: FABRICATION DES INFRACTIONS ADMINISTRATIVES.

Chapitre 20. DÉTENTION ADMINISTRATIVE, INSPECTION PERSONNELLE, INSPECTION DES CHOSES ET ENLÈVEMENT DE CHOSES ET DE DOCUMENTS.

Article 260. Mesures visant à assurer la poursuite des infractions administratives.

Dans les cas expressément prévus par la législation ukrainienne, afin de prévenir les infractions administratives, lorsque les autres mesures d’influence, identification, rédaction d'un protocole sur l'infraction administrative sont épuisés lorsqu'il est impossible de les préparer sur le lieu de l'infraction, si la préparation d'un protocole est obligatoire, garantir un traitement juste et opportun des affaires et l'exécution des décisions en cas d'infraction administrative est autorisée: détention administrative d'une Enquête sur les choses et enlèvement des choses et des documents.

Les procédures relatives à la détention administrative, à l'inspection personnelle, à l'inspection des choses, à la saisie d'objets et de documents aux fins prévues dans le présent article sont déterminées par le présent code et par d'autres lois de l'Ukraine.

(Tel que modifié le 04.04.2001)

Article 261. Détention administrative.

Un rapport est établi sur la détention administrative, dans lequel il indique: la date et le lieu de sa compilation; poste, nom, prénom et patronyme de la personne qui a rédigé le protocole; des informations sur l'identité du détenu; le temps et les motifs de la détention. Le protocole est signé par le responsable qui l'a préparé et le détenu. Au cas où le détenu refuse de signer le protocole, un compte rendu est fait.

Le lieu de la personne détenue pour avoir commis une infraction administrative est immédiatement notifié à ses proches et, à sa demande, au propriétaire de l'entreprise, de l'institution, de l'organisation ou de l'organe mandaté par elle.

(Tel que modifié le 04.04.2001)  

Article 262. Organes (fonctionnaires) autorisés à procéder à la détention administrative.

La détention administrative d'une personne qui a commis une infraction administrative ne peut être effectuée que par des organes (responsables) habilités par la loi ukrainienne.

La détention administrative est faite:

1) par des agences des affaires intérieures lorsqu’elles commettent un hooliganisme mesquin, enfreignent l’ordre fixé pour organiser des réunions, des rassemblements, des défilés de rue et des manifestations, répandre de fausses rumeurs, désobéir de manière malveillante à un ordre légitime ou demander à un officier de police, membre d’une unité publique de protection de l’ordre public et de la sécurité , ainsi qu’un soldat ou les insulter, appels publics au non-respect des exigences d’un officier de police, en cas d’outrage au tribunal , accès à l'information dans des systèmes automatisés, violation des règles sur les transactions en devises, règles sur la circulation de stupéfiants et de substances psychotropes, vente illégale de biens ou d'autres articles, petites spéculations, commerce à la main dans des lieux non identifiés, consommation d'alcool dans des lieux publics ou comparution en public endroits dans un état de la délinquance intoxication dignité humaine et de la moralité publique, dans les cas où il y a des raisons de croire qu'une personne engagée dans la prostitution en infraction, etc. Wagons, règles de chasse, de pêche et de protection des stocks de poissons et autres infractions à la loi sur la protection et l'utilisation des espèces sauvages, en violation des règles de séjour des étrangers et des apatrides en Ukraine et transitant par son territoire, ainsi que dans d'autres cas expressément prévus par la loi L'Ukraine;

2) agences de gardes-frontières - en cas de franchissement illégal ou de tentative de franchissement illégal de la frontière d'Etat de l'Ukraine, de violation du régime frontalier aux points de contrôle à travers la frontière d'Etat d'Ukraine, de désobéissance malveillante à un ordre légitime ou à la demande d'un service frontière ukrainien ou d'un membre du groupe public afin de protéger le public l'ordre et la frontière de l'État, des violations des règles d'utilisation d'objets du monde animal jusqu'à la limite ah de la bande frontalière et de la région frontalière sous contrôle, dans la mer territoriale, les eaux intérieures et la zone économique exclusive (en mer) de l’Ukraine, violation des règles régissant le séjour des étrangers et des apatrides en Ukraine et le transit par son territoire;

3) par un haut responsable sur le lieu de l'objet protégé d'un garde militarisé - lorsqu'il s'agit de commettre des infractions liées à l'empiétement sur les objets protégés ou d'autres biens;

4) les officiers du service militaire de l'ordre public dans les forces armées ukrainiennes - lorsqu'ils sont commis par des militaires soumis à une obligation de service militaire pendant leur formation et par des employés des forces armées ukrainiennes dans l'exercice de leurs fonctions officielles de petit hooliganisme, désobéissance malveillante à l'ordre légitime ou demande d'un fonctionnaire des forces armées dans les forces armées l' Ukraine, les appels publics pour non-respect des exigences de la personne, un mauvais entreposage, le transport ou le port d'armes à feu, le froid e ou arme pneumatique et munitions, les petits larcins de l'Etat ou propriété collective, dans le cas de la consommation d'alcool dans les lieux publics, l'apparition en public dans un état d'ivresse, ainsi que la violation des règles de circulation par les conducteurs ou d'autres personnes chargées de véhicules militaires;

5) par les organes du service de sécurité de l'Ukraine - en violation de la loi sur les secrets d'État ou la mise en œuvre d'un accès illégal à des informations dans des systèmes automatisés, l'acquisition ou le stockage de moyens techniques spéciaux pour supprimer des informations des canaux de communication et d'autres moyens d'obtenir des informations secrètement.

(Harm, en date des 05.29.85, 03.04.86, 12.06.87, 03.08.88, 04.27.89, 07.03.90, 04.04.90 et 04.05.90 18 janvier 1991, 02/15/95, 03/24/99, 07/02/99, 04/05/2001, 04/03/2003, 05/15/2003, 11/20/2003, 05.11.2004, 18.05.2004)

Article 263. Conditions de la détention administrative.

La détention administrative d'une personne qui a commis une infraction administrative ne peut durer plus de trois heures. Dans des cas exceptionnels, en raison d'un besoin particulier, la législation ukrainienne peut fixer d'autres conditions de détention administrative.

Les personnes qui ont violé le régime des frontières ou le régime aux points de contrôle à travers la frontière de l’Ukraine peuvent être arrêtées pendant trois heures au maximum pour élaborer un protocole et, le cas échéant, établir l’identité et clarifier les circonstances du délit, jusqu’à trois jours par écrit. dans les vingt-quatre heures à partir du moment de la détention ou pendant une période maximale de dix jours, avec l'accord du procureur, si les auteurs présumés n'ont pas de documents prouvant leur identité.

Les personnes qui ont enfreint les règles du trafic de stupéfiants et de substances psychotropes peuvent être arrêtées pendant trois heures au maximum pour établir un protocole et, le cas échéant, pour identifier la personne, effectuer un examen médical, découvrir les circonstances dans lesquelles les stupéfiants et les substances psychotropes saisis ont été acquis et les étudier avant. trois jours avec un rapport écrit au procureur dans les vingt-quatre heures à partir du moment de la détention ou jusqu'à dix jours à compter de la sanction du procureur, si les auteurs ne disposent pas de documents documents d'identification.

Personnes ayant commis un hooliganisme mesquin, une désobéissance malveillante à un ordre légitime ou à la demande d’un officier de police, d’un officier du Service de la sécurité militaire des Forces armées ukrainiennes, d’un membre d’une organisation publique chargée de protéger l’ordre public et les frontières de l’État, et de les insulter ou de les insulter, de réclamations publiques pour non-respect des exigences de l’employé la police peut être détenue avant que l'affaire ne soit examinée par un juge ou le chef (chef adjoint) de l'agence des affaires intérieures. Avant l’examen de la décision du juge, les personnes qui ont illégalement traversé ou tenté de franchir illégalement la frontière de l’Ukraine, désobéi de manière malveillante à un ordre légitime ou demandé par un militaire ou un employé du service des frontières de l’Ukraine ou un membre de l’unité publique de protection de l’ordre public et de la frontière de l’État, ont enfreint l’ordre. et la tenue de réunions, rassemblements, processions de rue et manifestations, ou outrage au tribunal , et soit échangé avec les mains dans des endroits non spécifiés. Les étrangers et les apatrides qui ont enfreint les règles de séjour en Ukraine et de transit par le territoire ukrainien peuvent être arrêtés avant que l'affaire ne soit examinée par un juge ou un responsable du service des frontières de l'Ukraine.

La durée de la détention administrative est calculée à partir du moment où le contrevenant a été remis à rédiger un protocole, et la personne en état d'ébriété dès le moment où elle a commencé à dégriser.

(Tel que modifié les 03.08.88, 07.03.90, 04.05.90, 18.01.91, 15.02.95, 02.07.99, 05.04.2001, 03.04.2003 15.05.2003, 20.11.2003, 18.05.2004)

Article 264. Fouille personnelle et inspection d'objets.

L’inspection personnelle peut être effectuée par des agents autorisés du Service de sécurité de l’Ukraine, de l’Intérieur, du Service militaire chargé de l’application des lois dans les Forces armées ukrainiennes, de gardes militarisés, de l’aviation civile, des services des douanes et des services de gardes-frontières, ainsi que conformément aux lois ukrainiennes. et d'autres organes.

L'inspection personnelle peut être effectuée par une personne autorisée du même sexe avec la personne inspectée et en présence de deux témoins du même sexe.

Les choses peuvent être inspectées par des agents autorisés des services de sécurité ukrainien, de l'intérieur, des forces de police militaires ukrainiennes, des gardes militarisés, de l'aviation civile, des douanes, des gardes-frontières, des autorités environnementales, des inspecteurs de la propriété intellectuelle et des autorités de protection des forêts. organismes de la pêche, organismes exerçant un contrôle par l'État sur le respect des règles de la chasse et dans les cas expressément prévus par la loi Ukraine, ainsi que d' autres organismes. En cas d'infraction à la législation sur la protection et l'utilisation de la faune , les responsables autorisés à surveiller le respect des règles de chasse, les autorités chargées de la protection des poissons, les policiers, le personnel militaire et les employés du Service national des frontières de l'Ukraine peuvent procéder à l'inspection des véhicules de la manière prescrite.

L’inspection des objets, des bagages à main, des bagages, du matériel de chasse et de pêche, des produits récoltés, des véhicules et autres articles est généralement effectuée en présence de la personne qui en est propriétaire. En cas d'urgence, ces objets peuvent être soumis à une inspection avec la participation de deux témoins en l'absence du propriétaire (propriétaire).

Un rapport est établi sur l'inspection personnelle, l'inspection d'objets, ou une entrée correspondante est faite dans le protocole sur la violation administrative ou dans le protocole sur la détention administrative.

L'inspection personnelle, l'inspection des choses dans les institutions douanières sont effectuées de la manière prescrite par le Code des douanes de l'Ukraine.

(Harm, en date des 03.04.86, 04.05.93, 05.04.2001, 03.04.2003, 15.05.2003, 10.07.2003, 11.05.2004)

Article 265. Saisie d'objets et de documents.

Les objets et les documents constituant l’instrument ou l’objet direct de l’infraction, découverts au cours de la détention, de la fouille corporelle ou de l’inspection d’objets, sont saisis par les agents des organismes visés aux articles 2341, 2342, 2444, 262 et 264 du présent Code. Les objets et les documents confisqués sont conservés jusqu'à l'examen du cas d'infraction administrative dans des lieux déterminés par des organes (fonctionnaires) à qui le droit de saisir des objets et des documents est confisqués de la manière prescrite, après examen du cas, retournés au propriétaire, ou détruits, et moyennant une saisie payée - sont réalisés. L'ordre retiré, la médaille, le badge portant le titre honorifique de l'URSS, le titre honorifique de la RSS d'Ukraine, Alphabétisation honoraire et alphabétisation du Présidium du Soviet suprême de la RSS d'Ukraine, titre honorifique de l'Ukraine, distinction du Président de l'Ukraine après examen de l'affaire sont rendus à leur propriétaire légitime, et s'il n'est pas connu, envoyé en conséquence à l'administration du président de l'Ukraine. De la poudre de lait et d'autres boissons alcooliques artisanales saisies, les appareils servant à leur fabrication après examen de l'affaire peuvent être détruites par des agents de police.

Un rapport est établi sur la saisie d'objets et de documents, ou une entrée correspondante est faite dans le protocole sur une infraction administrative, une inspection des objets ou une détention administrative.

En cas d'infraction en vertu des articles 174, 190-1954 du code, un officier de police et des infractions en vertu des articles 191, 195 du code, un agent du service des frontières a également le droit de saisir une arme à feu, des armes de calibre pneumatique de plus de 4,5 millimètres à la vitesse d'une balle 100 mètres par seconde et des armes tranchantes, des fournitures militaires, des appareils paralysants et des moyens spéciaux Un agent de police, un agent du service des frontières a le droit de procéder à une perquisition personnelle et à un examen des objets du contrevenant conformément à la procédure établie à l’article 264 du présent code. Pour la personne qui a commis l'infraction dans l'exercice de ses fonctions officielles, la saisie d'armes, les perquisitions personnelles et les perquisitions d'objets ne sont utilisées que dans des cas urgents.

Lorsqu'il commet des infractions prévues à la deuxième partie de l'article 2061 de ce code, l'agent de police retire le véhicule jusqu'à ce que le tribunal tranche l'affaire au fond. Lorsqu'un véhicule est retiré, une entrée correspondante est faite dans le protocole sur la violation administrative. Le retrait du véhicule est effectué conformément à la procédure définie par le ministère de l'Intérieur.

(Harm, en date des 03/04/86, 12/06/87, 05/19/89, 07/29/91, 11/15/91, 12/23/93, 04/25/96, 07/12/96 20 avril 2000, 5 avril 2001, 3 avril 2003, 20 novembre 2003)

Article 266. Suppression des conducteurs de la gestion des véhicules, des bateaux fluviaux et des navires de petite taille et examen de l'état d'intoxication.

Les conducteurs de véhicules fluviaux et fluviaux, les conducteurs, les capitaines de bateau et autres personnes pour lesquels il existe des motifs raisonnables de croire qu'ils sont en état d'ébriété sont exclus de la gestion de ces véhicules ou de ces bateaux et de l'examen de l'état d'intoxication. La direction de ces personnes aux fins d'examen de l'état d'intoxication et de leur examen est effectuée de la manière déterminée par le ministère de l'Intérieur de l'Ukraine, le ministère de la Santé de l'Ukraine et le ministère de la Justice de l'Ukraine.

(Harm du 04/05/2001)

Article 267. Recours contre la détention administrative, l'inspection et la saisie d'objets et de documents.

La détention administrative, la perquisition personnelle, l'inspection d'objets et la saisie d'objets et de documents peuvent faire l'objet d'un recours auprès d'une autorité supérieure (responsable) auprès de l'autorité (responsable) qui a appliqué ces mesures, du procureur ou du tribunal.

(Nocif . D. 04.04.2001)