This page has been robot translated, sorry for typos if any. Original content here.

Guide de guerre de guérilla

Par sujet:


Руководство по ведению партизанской войны

L’intérêt suscité par ce livre a été évoqué après un formidable article de Tallinz sur la doctrine militaire estonienne et sur la façon dont les troupes de l’OTAN leur apprennent à diriger dans les forêts de ce pays avec un adversaire probable.

Le principal objectif opérationnel de la guerre de guérilla est de maintenir la résistance dans les zones du pays occupées par l'ennemi.

Pour les États faibles ou vaincus, la guérilla peut parfois être plus importante que la lutte armée de leurs armées régulières.

Dans les conditions de l’existence de la menace d’une guerre générale générant d’énormes pertes humaines et matérielles, il est nécessaire de résoudre les problèmes de la guérilla.

On peut supposer que, dans une telle guerre, nous serons obligés de céder à l’ennemi une grande partie du territoire du pays, voire de l’ensemble du territoire. L'armée peut être vaincue, mais même dans ce cas, une partie considérable de celle-ci sera en mesure de donner à l'ennemi une résistance longue et obstinée dans les Alpes.

Une partie importante de l'armée et du personnel civil sera forcée de survivre à l'occupation du pays. À cet égard, la question qui se pose est de savoir s'ils peuvent être loyaux envers le nouveau gouvernement et attendre patiemment leur libération, ou continuer la résistance armée en utilisant toutes les forces et tous les moyens disponibles.

On ne peut pas exclure qu'avec un grand amour du peuple et l'impitoyable adversaire potentiel, il y aura tôt ou tard des affrontements entre la puissance occupante et les vaincus. Sur cette base, il est nécessaire de développer et d’améliorer constamment la tactique de la guérilla.

Supposons que la Suisse soit devenue une arène d'hostilités. Les forces ennemies supérieures ont envahi son territoire. Certaines parties de l'armée suisse ont réussi à se soustraire à l'attaque de l'agresseur et à éviter la défaite. Ils ont conservé leur capacité de combat, leurs armes, leur équipement militaire et sont déterminés à poursuivre la lutte armée, à résister aux dernières forces. Mais la question se pose: comment?

Supposons que l'ennemi a capturé la ville. Qu'est-ce qu'un travailleur, un employé, un fonctionnaire, une femme au foyer et surtout le personnel de l'armée doivent faire dans cette situation? Probablement, voyant la moindre résistance, il lâchera son arme et attendra humblement la décision de son futur destin ou ira au service de l'ennemi. Il y a beaucoup de questions, mais où trouver les réponses? Une chose est claire: l'ennemi est sans pitié, il va, sans hésiter, détruire (si c'est dans son intérêt) des dizaines, des centaines, des milliers de personnes. Les prisonniers attendent l'expulsion, les travaux forcés ou la mort. Le travailleur, l'employé et la femme au foyer peuvent subir le même sort. L'expérience de l'histoire enseigne que l'ennemi peut à tout moment commencer la destruction massive des vaincus.

Que faire si l'ennemi occupait le pays? A défendre jusqu'au bout. Toute la population suisse doit résister. L'ennemi dans le territoire occupé ne doit pas se sentir calme. Nous devons l'endommager autant que possible.

Le but de ce guide est de préparer la population à la lutte armée en cas d’occupation du pays.

Pendant la guerre, la résistance armée organisée sera principalement fournie par l'armée. Notre devoir est de faire tout ce qui est nécessaire pour préserver sa capacité de combat. Cela devrait être bien compris par toute la population du pays.

Pour l'organisation et la gestion de la résistance armée dans le territoire occupé, il est nécessaire que des organes directeurs appropriés

Télécharger le guide Guerrilla Warfare Guide de guerre de guérilla Guide de guerre de guérilla Virus Free par KAV