This page has been robot translated, sorry for typos if any. Original content here.

§ 15 Vie et mort de la méthode n ° 13. (générateur de déroulement)

Préface

Le fantôme d'un billet de faveur parcourt Internet! La méthode n ° 13 est également connue sous les dénominations "Winding Generator", "Reactive Power Generator (?!)", "Electric Heating", etc. Une caractéristique distinctive de cette méthode d'arrêt (rembobinage) des compteurs électriques est qu'elle ne nécessite pas de changements dans les schémas de câblage, la mise à la terre et généralement des interférences avec le circuit d'alimentation existant. L'accent est toujours mis sur ce qui agit sur les compteurs électroniques. Habituellement, ce circuit est appelé - «Méthode n ° __. Électronique». Il est même difficile de trouver une méthode plus légendaire et discutée de rembobinage des compteurs sur le réseau. C'est comme le communisme - il semble ici juste un peu et ici c'est le bonheur. Des informations détaillées (circuits de microcontrôleurs et micrologiciels) coûtent 11 $ (bien que certaines personnes irresponsables les vendent pour 2 $ ), mais je les ai trouvées gratuitement sur le réseau. Cependant, ne courez pas après votre argent électronique et en espèces et saisissez le fer à souder.

Schéma, théorie et mode de réalisation.

Familiarisons-nous avec le contenu de la description envoyée, le texte de la description originale est en italique, je mettrai en valeur mes commentaires en gras.

Théorie et principe de fonctionnement du circuit: au cours du premier trimestre de la période de tension du réseau, l'énergie est consommée par le réseau, c'est-à-dire que le condensateur C1 est chargé, mais chargé par les interrupteurs à transistors A et D qui sont contrôlés par des impulsions à haute fréquence, c'est-à-dire que l'énergie de charge est consommée par des impulsions à haute fréquence. On sait que les compteurs comprenant électronique parce ils contiennent un capteur de courant d'induction avec un circuit magnétique avec une conductivité de fréquence limitée (permettez-moi d'être en désaccord avec les capteurs électroniques - une résistance à faible résistance peut être utilisée comme shunt pour mesurer le courant, qui ne peut pas avoir une conductivité de fréquence limitée en principe. Mais une bobine peut également être utilisée, mais avec une très petite inductance, donc l'erreur qui y est introduite est très faible.
Pour une explication plus complète, je fournirai des extraits des instructions d'usine standard pour le compteur électronique:
«Des signaux analogiques provenant d'un transformateur de courant de précision, dans le noyau duquel il n'y a pas de fer , et un diviseur de tension résistif sont envoyés aux entrées du microcontrôleur. Le microcontrôleur convertit les signaux analogiques en signaux numériques, les multiplie et calcule la puissance moyenne P (t) chaque seconde. La consommation d'énergie est déterminée en intégrant P (t). "
Compteurs électronique monophasé actif Mode d'emploi de GEM Energy

Pour un compteur électronique, le champ magnétique généré par la bobine de courant est totalement sans importance. Au contraire, ce n'est pas la conductivité en fréquence limitée qui se produit, mais la fréquence d'échantillonnage du compteur électronique. C'est-à-dire que si un compteur électronique mesure le courant à une fréquence de 100 fois par seconde, et si la charge est consommée à une fréquence de 200 fois par seconde, alors théoriquement chaque seconde impulsion ne sera pas prise en compte et l'énergie ne sera prise en compte que de moitié. Et maintenant encore, regardez les instructions d'usine:

2. Caractéristiques techniques du compteur électronique GEM .

Classe de précision 1.0 ou 2.0 (GOST 30207)
Tension nominale, Un 100V; 120V; 127B; 220V 230V
Courant nominal (maximum) In 10 (60) A - classe 1.0; 10 (100) A - Cl. 2.0
Fréquence nominale 50 Hz ou 60 Hz
Sensibilité 0.004In
Plage de température de fonctionnement –20 0C à +55 0C
Puissance consommée par le circuit de tension <0,75 W; <1VA
Puissance consommée par le circuit actuel <0,05 VA
Contre constante 4000 ou 2000 impulsions / kWh
Max nombre de zones tarifaires 1 ou 2

la fréquence d'échantillonnage du compteur (fréquence d'horloge) à une fréquence de 60 Hz doit être d'au moins 120 Hz (c'est l'une des théories des mathématiques supérieures, je me souviens, je sais, mais je sais avec certitude que pour une reproduction précise d'un signal analogique, la fréquence d'échantillonnage doit être double), mais très probablement elle est encore plus élevée et la charge doit être consommée avec une fréquence de 240 Hz, et elle doit être synchronisée avec la fréquence interne du compteur, ce qui est difficilement réalisable en pratique.) , et l'induction, car En plus du magnétique, ils contiennent également la partie mécanique du système de mesure, et présentent une très grande erreur négative lors du passage du courant RF. (ici, dans une certaine mesure, on peut convenir que le compteur à induction contient un disque en aluminium inertiel. Mais un autre point se pose. Pour que les économies soient mesurées, la fréquence doit être suffisamment élevée. Et cela obstruera fortement le réseau électrique domestique avec des harmoniques (fréquences différente de la fréquence du réseau), ce qui mettra en danger d'autres appareils qui ne sont pas conçus pour fonctionner avec des fréquences élevées (différentes de la fréquence de 50 Hz) .En outre, les impulsions qui se produisent dans le réseau seront très puissantes (sinon il n'y aura pas de effet de sous-estimation.) Bien sûr, en règle générale, à l'entrée des appareils ménagers, il y a généralement des filtres, mais ils ne sont certainement pas conçus pour filtrer les courants d'une puissance de 1,5 à 2 kW. Par conséquent, ces filtres vont sûrement voler, et après eux, les appareils eux-mêmes. Et ce que nous Nous économisons 10 dollars en électricité et brûlons un téléviseur pour 100, et c'est tout à fait possible avec le voisin (le réseau est partagé). La question est, avons-nous besoin de telles économies? Bien que vous décidiez bien sûr. Et courir un peu plus loin. Le câblage du boîtier a également une certaine capacité, et la question se pose immédiatement - si la fréquence est suffisamment élevée, et cela devrait être le cas, toutes ces impulsions haute fréquence seront-elles lissées avec la capacité de câblage. En conséquence, il se peut que le condensateur pour une série d'ouvertures de touches haute fréquence ne se charge tout simplement pas et qu'il n'ait rien à donner au réseau.) Il reste au deuxième trimestre de la période pour décharger le condensateur dans le réseau sans impulsion, via les mêmes touches. De même, le deuxième demi-cycle traverse l'autre épaule des touches C et B. Je me demande pourquoi tout est si compliqué? Ainsi, par exemple: Consommé 2 kW, le compteur a pris en compte 0,5 W, idéalement donné 2 kW, le compteur a pris en compte -2 kW. Le résultat de la période est que le compteur à induction tourne à une vitesse de -1,5 kW, et l'électronique coûte jusqu'à 1,5 kW. D'où viennent ces chiffres? Laissons cela à la conscience de l'auteur, mais même avec des schémas de travail, ils seront certainement beaucoup moins.
Donc déjà au stade de l'analyse théorique, nous avons découvert que cela ne fonctionnera pas sur les compteurs électroniques, il reste à savoir à quel point le circuit est efficace pour les compteurs à induction. Bien que pour les refouler, il existe un million de façons beaucoup plus faciles et plus efficaces.

fig. 1 Diagramme des signaux.

Le but des éléments du circuit:
VD1-4, DA-1 dans la figure 2. Alimentation des microcircuits.
VD5.6, R5.6.7 sur la figure 2. Un générateur d'impulsions synchronisé avec un réseau à 50 Hz.
VD 2, R 5 sur la Fig. 3. redresseur, alimentation du module.
VD3, C1 sur la fig.3 stabilisateur.
VT1 sur la figure 3 est un élément clé.
La fréquence d'impulsion f = 1,0 ... 3,0 kHz.
Sortie de mise en forme d'impulsion VHS 3-4.

Schéma général: Fig. 2.

Détails: VD1-4 - ensemble diode KTs 402B; VD5, VD6-D226. Ou analogues 1N4007
C1-20..40mkf x 400 V (vous pouvez utiliser à la fois électrolytique et non électrolytique)
C2, C3-47mkf 12v; C4-22rF.
DA1-78LO5 ou KREN5A (5V) ou LM7805.
VT1, VT2-KT315.
R1, R2, R3, R4-1,1 km; R5-1com. Tous 0,5 W
Tr-r 1-220v, III-7v, II-12v. faible puissance
Quartz - 4 MHz.
Les modules A, B, C, D sont identiques et sont assemblés comme suit:

Fig. 3.
Détails: VD1-D243, VD2 - D226; VD3-KS156A.
C1-20mkf. 12v
DA1 - PC120 (optocoupleur).
VT1- KT809 (400V, 3A) sur un radiateur (pour tous ensemble) 100x150x50mm
VT2- KT315
R1-10kom, 0,5 watt
R2-5.1 ohm (multi-watt environ 10 watts)
R3, R4, -30 km; R5-20kom, R6-1.1kom. 0,5 watt
Les résistances restantes sont de 1 W.

Je me demande comment le transistor VT1 se comportera quand une tension négative sera appliquée à son collecteur par rapport à l'émetteur, encore plus intéressant comment VT2 réagira-t-il à cela? Se transformera-t-il en cavalier? Et je me demande pourquoi dans la chaîne R1VD1 une telle résistance solide? Cette chaîne peut-elle sauver quelque chose?

Microcircuit D1 est un microcontrôleur simple qui fonctionne selon le programme enregistré dans sa mémoire (selon le calendrier de mise en marche des touches Fig. 1) La programmation s'effectue via le connecteur X1.
Le firmware est réglé sur des impulsions de 2 kHz et un rapport cyclique de 50 \ 50.
Ces paramètres peuvent être modifiés avant la compilation.
Pour la programmation, copiez dans le bloc-notes et enregistrez avec l'extension .HEX
Je n'ai pas cité le firmware et le code source du programme car le circuit est toujours inopérant, cependant, si les gens le demandent, je les posterai.
En l'absence de programmateur ou de contrôleur, le circuit de commande peut être assemblé selon d'autres principes, notamment des éléments logiques. La puissance de bobinage, avec C1 = 20 μf, est d'environ 1 kW. Il est intéressant de savoir par quelle formule l'énergie du condensateur a été calculée, mais bon, plus à ce sujet plus tard. L'augmentation de la capacité augmente la puissance, mais d'autres transistors VT1 sont nécessaires. N'oubliez pas les fusibles. Lors de l'installation, il est préférable d'utiliser C1 = 5uF, pas un électrolyte. Oui, l'auteur était modeste, en général, les électrolytes sont certainement moins chers et plus petits, mais ils ne résisteront pas longtemps à une charge-décharge constante et il y aura un petit BUK.

Il se trouve que ni le positron ni la mégaphase n'ont commencé à répondre à mes questions, et les recherches de personnes partageant les mêmes idées sur le forum mégaphase et dans le livre de réclamations sur les positrons ont entraîné le blocage de mon IP. Par conséquent, j'ai décidé de diviser la tâche en plus petits et de simuler des fragments du circuit en Micro-Cap. Regardez la figure, j'ai extrêmement simplifié le circuit (j'ai jeté les diodes zener et ajouté une deuxième source d'alimentation, puisque l'optocoupleur est fermé, je ne l'ai pas dessiné non plus) et maintenant je peux même voir à l'œil nu qu'un kayak viendra au transistor VT2. Pourquoi en est-il ainsi? Oui, tout est très simple - lorsqu'un potentiel négatif est appliqué au collecteur du transistor, la jonction K-B joue d'ailleurs le rôle d'une diode avec une cathode sur le collecteur.

Pourquoi les transistors brûlent-ils?

( Note d' elremont. Pour confirmer que tout cela est vrai, je vais donner des extraits des forums dans lesquels ce problème a été discuté. Je n'écris pas les adresses des forums, je pense que ce n'est pas si important.

Publié par: PRO (prokrs [dog] yandex.ru) {17-04-2005 20:10}
Ce circuit ne fonctionne pas !!!
Plus précisément, cela ne fonctionne qu'en termes de transistors brûlants!
Positron est une arnaque!

En fait, vous ne pouvez économiser que 100 watts!
Ce sont mes vraies expériences!
Auteur: victor (victor1964 [chien] yandex.ru) {06-12-2004 08:47}
Le schéma ne fonctionne pas. Qui veut brûler des transistors peut expérimenter !!!
Auteur: sasa (nefeld74 [dog] mail.ru) {05-05-2005 14:56}
J'ai commandé à POZITRONA (méthode 13 et rallonge) et ils ne fonctionnent pas.
Des gars qui peuvent m'aider à conseiller le programme de travail.
Merci à tous.

Je n'ai pas contacté les auteurs des articles, mais je n'ai aucune raison de ne pas leur faire confiance.)

Mais il s'est avéré que ce ne sont que des fleurs ... Regardons les courants qui circulent dans le circuit. Lorsque le condensateur est chargé au cours du premier trimestre de la période, le courant passe par les circuits suivants: de la broche 1 de la clé D à la broche 2 de la clé D, puis à travers un condensateur à la broche 2 de la clé A et enfin à la broche 1 de la clé A. N'est-ce pas étrange? Apparemment, selon l'idée du positron (mégaphase), le courant devrait changer de direction après que le condensateur ou les touches conduisent le courant également dans les deux directions.

Regardez la figure 5, ça ne ressemble à rien? Mais ils ne l'ont pas deviné, il s'agit d'un circuit d'un onduleur de tension monophasé (un onduleur de tension est appelé un convertisseur DC-AC). Devinez à quelle broche la source de courant (condensateur) est connectée. Encore une fois, ils n'ont pas deviné, la source actuelle est connectée aux terminaux AB, et nous supprimons la modification des terminaux CD ... continuer?

Onduleur

Beaucoup de gens demandent si le principe de fonctionnement est correct - en effet, les compteurs à induction ont une grande erreur négative sous charge RF, mais le principe est faux sinon. Avec les compteurs électroniques, cette astuce ne fonctionne pas (peut-être que je n’ai pas réussi).

Et encore elremont :

Et maintenant, je vais donner des extraits du forum où les électriciens professionnels ont discuté de ce problème:

-viktor-
La méthode numéro 13 fonctionne, même si je ne l'ai pas moi-même essayée. Il y a plusieurs inconvénients - les transistors grillent rapidement et une interférence assez forte va au réseau!, Donc la télé ne se montre pas bien (parmi les voisins aussi). Les voisins commenceront à comprendre ce qui se passe.
-euroélectrique-
Salut les collègues! Maintenant, il y aura une révélation! MÉTHODE 13 Le positron ne fonctionne pas et ne peut pas fonctionner en principe! Cela fait déjà 2 mois que nous avons acheté cette méthode (11 dollars c'est un sou), par conséquent, nous avons obtenu les résultats suivants: le schéma est correct là-bas, le firmware du microcircuit est également visible, l'oscilloscope montre que tout va bien. MAIS !!! Toute tentative de connexion du périphérique terminé au réseau échoue. Un transistor puissant s'éteint immédiatement. Tout a été essayé: ils ont échangé les modules, changé les valeurs faciales des pièces, modifié l'appareil, mais le résultat est le même. De plus, il y a des experts en la matière (pas dans la CEI) qui ont expliqué pourquoi cela ne fonctionnerait pas. De plus, si quelqu'un réussit à assembler cette méthode, une telle interférence ira dans le réseau qu'il deviendra impossible d'utiliser l'unité dans l'appartement. J'ai un autre schéma qui fonctionnera vraiment, mais le coût de ses pièces atteint 500 dollars américains. En plus de la vendre, la collectionner n'est pas rentable. RÉSULTAT: Positron est un pigiste qui négocie des régimes non vérifiés. QUESTION: il y a un tel bloc de la taille de la charge pour un téléphone mobile, lorsqu'il est branché sur la prise, il ralentit ou arrête complètement le compteur (monophasé), tandis qu'un petit bug discret devrait être installé dans le compteur. Nous avons un vrai bloc, nous avons besoin d'un schéma de bogue. Est-ce que quelqu'un sait PROPOSITION: qui sont intéressés, j'enverrai GRATUITEMENT l'intégralité du schéma positron de la méthode 13. J'attends en échange de toute information intéressante sur le vol. Nous pouvons communiquer sur ce sujet personnellement, écrivez-moi à elektroshok@inbox.ru Et pour référence générale, en même temps, j'essaierai d'ouvrir un nouveau sujet. Écrivez!
-Den-
J'ai été mené par l'idée n ° 13 de ventouses de positrons http://antipozitron.best-host.ru/ , etc. Non, je n'ai pas acheté le circuit, j'ai développé le mien, sur un autre microprocesseur, sur différentes touches. Il a écrit un logiciel qui met en œuvre le principe, a ramassé le circuit, a ramassé le circuit, a vérifié les formes d'onde des signaux sur l'oscilloscope, tout va bien - les condensateurs se chargent, les clés s'ouvrent si nécessaire, UN SEUL PROBLÈME - LE COMPTEUR NE TOURNE PAS EN ARRIÈRE, MÊME NE FAIT PAS DE CERVEAU! J'ai essayé de changer la fréquence de 2 à 10 kHz , j'ai tout vérifié à nouveau , tout a fonctionné, j'ai passé beaucoup de temps à développer un circuit, à développer un algorithme pour la «machine», à écrire et déboguer un programme, à assembler et à déboguer un circuit, IL NE FONCTIONNE PAS DU TOUT ... ... Twists and twists, même ne freinez pas, car ce n'est pas du tout .... Tout tourne autour de la physique des processus. Il y a peu d'espoir que j'ai un compteur délicat: ECHO co-197 (Kharkov), dont je doute beaucoup ((((((((((je regarde cette chose - comme cette vieille femme avec un creux cassé ..... Montrez-moi Je donnerai de l'argent pour l'heureux propriétaire de la méthode de travail n ° 13 ... Peut-être que je vends également un programme 100% "fonctionnel" pour 1000 $ pozitron_kidaet@mail.ru

expérimentateur
j'ai donc une fois séduit cette idée. également assis comme "une vieille femme avec un creux cassé" tout dépend de la façon de se rapporter à ce fait, ou de l'oublier comme une curiosité agaçante, ou comme reconstituer une tirelire d'une expérience inestimable - et reconstituer les rangs des "battus" - pour chacun, comme vous le savez, deux donner

-Guest-
À propos de la méthode numéro 13.
Cela ressemble à une autre tentative de créer une machine à mouvement perpétuel dans laquelle quelque chose est créé à partir de rien.
Pour tester cette méthode, un circuit la mettant en œuvre a été assemblé, et il a été révélé que cette méthode ne fonctionne pas. Le contre-disque reste juste immobile. Et lorsque vous connectez d'autres consommateurs, il commence à tourner là où il devrait être - EN AVANT, comme si de rien n'était.
Le fait est que l'énergie du réseau dans la première moitié du demi-cycle va dans la charge du condensateur, et dans la seconde, elle retourne au réseau (à l'exception de quelques pertes). Et cela ne dépend pas du fait que les impulsions chargent le condensateur ou en continu pendant une demi-période.
Je vais essayer d'expliquer cela avec un exemple simple.
Si nous récupérons un seau d'eau du puits et le reversons, qu'est-ce qui changera? Rien.
Et maintenant, si nous collectons l'eau dans un seau par portions (mode de charge pulsée) et la reversons?
Nous ne déploierons nos efforts que pour extraire l'eau du puits et la reverser.
Dans le cas du circuit, il s'agit de l'achat de pièces, de son montage. Et dépenser de l'argent pour l'achat du programme lui-même, ce qui n'a aucun sens.

Bien que, si vous l'assemblez et l'ajustez, vous gagnerez sans aucun doute de l'expérience en génie électrique et électronique.
Si vous êtes intéressé, écrivez à vyacheslavz@mail.ru que j'enverrai pour une somme modique.
-endrew-
ça va. nous tirons de l'énergie du réseau, puis nous la restituons dans la même quantité. c'est-à-dire moins les pertes dues aux processus, au chauffage, etc. MAIS !!!!!! l'idée est alors l'erreur du dispositif de mesure à haute fréquence !!!!! Personnellement, je pense que ce climatiseur, qui se charge, adoucit nos impulsions haute fréquence. il est chargé non pas de 0 volt à chaque impulsion, mais du point de charge précédent.
expérimentateur
en général, l'idée d'une contre-erreur à une fréquence "élevée" me semble délibérément fausse - spécialement lancée "aux masses" pour mener dans la mauvaise direction - après tout, l'idée d'un enrouleur "électronique" ne pourrait pas naître de nulle part (il n'y a pas de fumée sans feu).
Je pense qu'en fin de compte, il est connu que lors du passage d'un courant continu à travers la bobine de courant du compteur, il "ment" - le fait est que le CHANGEMENT du flux magnétique dans le noyau de la bobine de courant ne provient pas d'une sinusoïde nulle, mais un peu plus tard (en fonction de la valeur du courant continu )
notre tâche consiste à «magnétiser» le cœur de la bobine de courant. comment?
1. connectez-vous avant et après la batterie - ne convient pas - vous devez monter dans le comptoir.
2. magnétisez jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de courant dans le réseau - cela se produit régulièrement - 100 fois par seconde. lorsque zéro dans une sinusoïde, nous avons un circuit - une phase dans la prise - une bobine de shunt - un disjoncteur automatique - RCD —... un enroulement secondaire du transformateur de puissance —... RCD - un disjoncteur zéro dans la prise - au total, un circuit sans tension avec une résistance de plusieurs Ohms-- dans ce moment est déchargé dans la prise Conder (300 V 10000 mKf) à travers un noyau de clé de 100 A
la bobine de courant "s'envolera" vers la saturation et se transformera en un aimant permanent - et si un courant supplémentaire circule à travers cette bobine, le CHANGEMENT du champ magnétique du noyau ne rechargera plus notre conder partiellement déchargé et procédera à la demi-onde négative de l'onde sinusoïdale. ce n'est qu'une théorie née de l'examen des clés 100A
Invité
Le compteur, en effet, présente une erreur négative à une fréquence accrue.
Si vous allumez le compteur selon le schéma STANDARD, connectez-le au générateur de basse fréquence et augmentez la fréquence à partir de 50 Hz, puis avec l'augmentation de la fréquence, le disque ralentit et s'arrête à 560 ... 600 Hz (compteur de type CO-2, pour d'autres types, la fréquence peut être différente). La tension était sinusoïdale et rectangulaire, sans composante constante. Dans les deux cas, l'effet est le même.
Une charge impulsionnelle (interruption du courant de charge) seule ne produit rien. La valeur moyenne du courant à travers le condensateur est la même que sans impulsions. Et peu dépend de la fréquence. Ceci est vérifié.
En général, si le condensateur est chargé à partir d'une source distincte et déchargé dans le réseau, le compteur commence à tourner vers l'arrière. Mais où trouver cette source séparée, et ne vaut-il pas mieux en fournir immédiatement la charge, car il doit développer le même pouvoir que nous voulons rembobiner. En même temps, nous devenons une source de nourriture pour nos voisins.
L'idée de la magnétisation est susceptible de fonctionner aussi, mais à partir d'une source distincte: une batterie, par exemple. Une puissance importante est requise pour charger un Conder de 10000 μf à 300 V en moins d'un quart de période.
Invité
Même s'il existe un circuit de travail, il fonctionne très probablement avec une source de courant distincte. Sa puissance ne devrait pas être grande du tout.
Pour que le compteur se déroule à une vitesse de 2 kW / h, il est nécessaire de faire passer un courant de 9A à travers l'enroulement de courant, tandis que la tension sur celui-ci n'est que de 2,7 V.
La puissance est de 24W, et si vous vous déroulez 1 kW / heure, alors seulement 6 watts. La difficulté réside dans la manière de la transférer vers le bobinage actuel à travers un réseau dans lequel il existe une tension de 220V.

Ce sont les tartes ... Si, même après ce que vous avez lu ci-dessus, vous avez envie de dépenser 11 dollars, achetez un meilleur livre sur l'électrotechnique. Il y aura certainement plus d'avantages.