This page has been robot translated, sorry for typos if any. Original content here.

Le dispositif et le principe de fonctionnement des systèmes de transmission de gaz.

Les gaz combustibles qui seront discutés, presque tous sont des composés chimiques d'hydrocarbures. Les gaz naturels les plus répandus sont le propane et le méthane.

Nous avons le même objectif: comprendre comment fonctionnent les systèmes et les mécanismes de freinage, d'arrêt et de torsion des compteurs à gaz de la classe des ménages. Par conséquent, seul le système de transport de gaz naturel à basse pression sera pris en compte (pour l'abréviation, nous l'appellerons GNL).

Pour contrôler l'approvisionnement en gaz naturel à travers le GNL, les vannes en liège sont principalement utilisées. De telles grues sont très fiables, car pendant le fonctionnement, toutes les parties sont constamment frottées ensemble, garantissant une étanchéité permanente et fiable de l'appareil, en général.

Il y a des grues semblables de la coquille, à l'intérieur desquelles est fait un nid en forme de cône spécial, aussi bien que des ouvertures pour l'entrée et la sortie du gaz naturel. Un clapet en forme de cône est installé dans la douille en forme de cône. Un trou traversant spécial est fait dans l'amortisseur, à travers lequel le gaz naturel passera. L'amortisseur en forme de cône est fermement appuyé contre les parois de la douille conique au moyen d'un ressort spécial. La pression du ressort sur le clapet est régulée au moyen d'un boulon spécial. Le ressort et le boulon sont également installés à l'intérieur du robinet de gaz. Le volet est actionné au moyen de poignées spéciales qui sont soit intégrées au volet en forme de cône, soit fixées à celui-ci lors de l'assemblage du robinet de gaz.

La grue similaire fonctionne comme suit. Lorsque le trou traversant dans le clapet en forme de cône coïncide avec les trous dans le corps du robinet de gaz pour l'entrée et la sortie du gaz naturel, il n'y a pas d'obstacles au passage du gaz naturel à travers le robinet de gaz. Dans ce cas, le robinet de gaz est ouvert. Si le trou traversant dans le clapet en forme de cône ne coïncide pas avec les trous dans le corps pour l'entrée et la sortie du gaz naturel, le robinet de gaz est fermé. Et si le trou traversant ne coïncide pas partiellement avec les trous dans le corps du robinet de gaz pour l'entrée et la sortie du gaz naturel, alors le robinet est partiellement ouvert, et le gaz naturel traversera partiellement le gaz. La direction des trous les uns par rapport aux autres est ajustée en tournant l'obturateur en forme de cône dans le siège en forme de cône.

Pour tenir compte de l'utilisation du gaz naturel, les consommateurs utilisent principalement des compteurs de gaz de quatre types.

1. Mesureurs de gaz à membrane (diaphragme). Ces types de compteurs de gaz sont utilisés pour calculer l'utilisation de gaz naturel de faible volume, pas plus de 12 mètres cubes par heure. Ils servent principalement à calculer le gaz naturel de particuliers dans le secteur privé, ainsi que dans des entreprises et des organisations où l'utilisation du gaz naturel n'est pas une nécessité industrielle. Le principal avantage des compteurs à membrane est la simplicité de fabrication, le faible coût, le calcul relativement précis, voire l'utilisation la plus faible, du gaz naturel. Le principal inconvénient est que ces compteurs ne tolèrent pratiquement pas les surcharges, temporaires et permanentes.

Le mécanisme de comptage de ces compteurs est fixé à l'extérieur du compteur de gaz et constitue un dispositif périphérique. Il est dérivé du mécanisme de mesure principalement au moyen d'un arbre. L'arbre est le seul dispositif technique qui fonctionne à l'intérieur et à l'extérieur du compteur de gaz. L'étanchéité entre l'arbre et le corps est assurée par des joints spéciaux en caoutchouc.

Le compteur à membrane fonctionne comme suit. Le mécanisme de soupape est agencé de sorte que, avant n'importe laquelle de ses positions, l'une des chambres à soufflets soit remplie de gaz naturel et l'autre vidée. Dans ce cas, la chambre mécanique remplie sous la pression du gaz naturel se dilate, mettant en mouvement la manivelle et le levier qui lui sont attachés. Grâce au levier est un mécanisme de soupape à tiroir de manière spéciale. En outre, par l'intermédiaire de l'autre levier, un mouvement est transmis à la bielle de la chambre méchanique opposée, provoquant sa contraction, ce qui entraîne le déplacement du gaz naturel préalablement rempli. Lorsque la chambre à soufflet expansible est remplie à la limite admissible, le mécanisme de la vanne à tiroir est commuté. Dans ce cas, la chambre en forme de fourrure, qui était remplie, commence à se vider, et celle qui est vidée sera remplie. Un tel processus sera répété tant que de nouvelles portions de gaz naturel entreront dans le compteur de gaz sous pression.

Le calcul dans le compteur à gaz à membrane se déroule comme suit. Tous les soufflets dans le compteur de gaz ont le même volume. Le mécanisme de comptage est mis en place, de sorte qu'il calcule combien de fois le gaz naturel a été émis de chaque chambre pour une certaine unité de temps. Le calcul d'un tel calcul se traduit par un équivalent numérique compréhensible, et il est sorti vers un panneau spécial sur le mécanisme de comptage.

2. Compteur de gaz rotatif. Ce type de compteur est l'un des premiers à avoir été utilisé pour calculer la consommation de gaz naturel par les dispositifs de consommation de gaz. Le principal avantage des compteurs à gaz rotatifs est une transmittance relativement élevée, une taille et un poids relativement petits, une "tolérance" à la surcharge, et des compteurs similaires sont assez durables. L'inconvénient de tels compteurs est que la fabrication de ceux-ci nécessite un réglage particulièrement soigneux de tous les détails. Des matériaux relativement chers sont également utilisés. Tout cela conduit à un coût relativement élevé des compteurs rotatifs.

En général, les compteurs rotatifs sont utilisés dans les entreprises et les organisations où la consommation de gaz naturel n'excède pas 200 mètres cubes par heure (chaudières, boulangeries, etc.). Parfois, ils sont utilisés dans le secteur privé pour des individus individuels.

Le compteur de gaz rotatif se compose d'un boîtier dans lequel deux arbres en forme de huit sont installés dans une cavité spéciale sur les arbres. Les arbres sont synchronisés à l'avance avec le changement de vitesse. Pour l'un des bœufs en forme de huit est connecté l'arbre d'entraînement du mécanisme de comptage. Le mécanisme de comptage, comme un compteur à membrane, est un périphérique. Par conséquent, l'arbre entraîne, ainsi que dans le nutria du compteur de gaz, et avec l'extérieur. L'étanchéité entre l'arbre et le corps est assurée par des joints spéciaux en caoutchouc.

Le compteur rotatif fonctionne comme suit. Les arbres dans la cavité du corps du compteur à gaz se forment avant le travail de la poche. Tout d'abord, l'une des poches est située au-dessus de l'entrée de gaz naturel dans le corps du compteur de gaz. La pré-arrivée du gaz naturel dans la poche crée une certaine pression qui fait tourner les huit arbres. L'arbre en forme de huit, avec une poche, tournant à la sortie du gaz naturel, dans le corps du compteur de gaz, produit du gaz naturel. Le gaz naturel de la poche va dans la sortie du compteur de gaz. Pendant ce temps, au-dessus de l'entrée du gaz naturel, un compteur de gaz, une nouvelle poche est formée, qui est également remplie de gaz naturel, formant une pression qui fait tourner la tige en forme de huit. Pour la révolution complète des deux arbres en forme de huit, quatre poches sont formées, qui ont le même volume de remplissage de gaz naturel.

Le mécanisme de comptage calcule combien de révolutions complètes ont été effectuées sur une certaine période de temps. Les virages sont multipliés quatre fois et multipliés par le volume d'une poche. Les indications sont traduites en un équivalent numérique et transmises à un panneau spécial sur le mécanisme de comptage.

3. Compteur de gaz de turbine. Ces compteurs sont utilisés dans les principales entreprises et organisations, où la consommation de gaz naturel est très élevée. Des compteurs similaires fonctionnent également sur les lignes à haute pression. Les pressions similaires du gaz naturel dans le gazoduc dans les secteurs privés ne s'appliquent pas.

Les compteurs de gaz à turbine sont très complexes. Les parties principales de ces compteurs de gaz sont le boîtier à l'intérieur duquel la roue de turbine est montée sur les paliers.

Le compteur à turbine fonctionne comme suit. Le passage du gaz naturel fait tourner la turbine. De la turbine, la rotation est transférée à l'arbre d'entraînement de l'aimant en ferrite. En rotation, l'aimant en ferrite pour un tour comprend un interrupteur spécial (interrupteur à lames) une fois. Un courant électrique est passé à travers le commutateur Reed. Avant d'allumer l'interrupteur à lames souples, une impulsion électrique est générée et transmise au mécanisme de comptage électronique.

Le mécanisme de comptage des compteurs de turbine modernes est un mini-système informatique. Un tel système non seulement compte les impulsions et traduit leur équivalent numérique, mais surveille également le bon fonctionnement du compteur de gaz, et signale également une intervention non autorisée dans le fonctionnement de l'unité. Les mécanismes de comptage les plus modernes des compteurs à gaz à turbine sont équipés de modems, grâce auxquels toutes les indications destinées aux serveurs de gaz sont transmises directement aux services d'inspection.

4. Débitmètre Vortex. Pratiquement l'appareil le plus complexe des mécanismes de comptabilité pour la consommation de gaz naturel. Il est inutile de décrire la conception d'un débitmètre à vortex, car il est pratiquement utilisé dans les très grandes entreprises et les organisations qui consomment énormément de gaz naturel. Ils travaillent sur la base de la dépendance à la consommation de la fréquence des oscillations de pression résultant de l'écoulement dans le processus de formation de vortex ou d'oscillation du jet soit après un obstacle d'une certaine forme établie dans la canalisation ou une torsion spéciale du flux.

Les mécanismes de comptage dans des dispositifs similaires ainsi que sur des compteurs de turbine sont un mini système d'ordinateur, dont certains sont équipés de modems.

Il y a aussi des compteurs de gaz liquide. Un des compteurs de gaz les plus précis. Mais en raison de la complexité de la conception et de la complexité de l'entretien, ces compteurs sont généralement échangés dans des conditions de labarator. Ils travaillent sur le principe de la vitesse d'expulsion de certaines substances gazeuses, dans certaines parties, à partir d'une certaine substance liquide (principalement de l'eau distillée). Des parties de l'expulsion de la substance gazeuse du liquide sont données par un arbre en forme de forme spéciale.