This page has been robot translated, sorry for typos if any. Original content here.


INVENTION
Brevet de la Fédération de Russie RU2115018

CENTRALE ÉLECTRIQUE DE VOILE

VOILES À VENT CENTRALE ÉLECTRIQUE "VEPG"

Le nom de l'inventeur: Georgy Vladimirovich Ginkulov
Le nom du titulaire du brevet: Ginkulov Georgy Vladimirovich
Adresse pour la correspondance:
Date de début du brevet: 1995.07.21

Le VEGG peut être monté à partir d'un ou de plusieurs moulins à vent. Chaque groupe propulsif VEHG est assemblé à partir de pièces individuelles (voiles, tiges, drisses) directement sur une suspension composée de quatre câbles formant un arbre de puissance flexible relié au palier. Et ce roulement est serré avec une pince sur un câble horizontal, qui est tendu entre deux ou trois grands mâts. L'éolienne elle-même est assemblée en intercalant entre les quatre câbles d'un arbre flexible deux tiges robustes perpendiculaires entre elles et à un arbre flexible. Ces deux tiges, fixées par des pinces sur un arbre flexible, forment une croix, et plus bas, à la hauteur de la voile, la deuxième croix est également montée. Et entre ces deux croix (sur leurs épaules) quatre voiles sont suspendues, puisqu'il n'y a que quatre paires d'épaules - quatre voiles. Mais les voiles sont accrochées de sorte que le moment de l'une des quatre voiles agit sur l'arbre flexible tout le temps, transférant cette rotation au générateur installé ci-dessous. Ceci est dû au fait que le bord vertical de la voile, qui est plus éloigné du centre, est comme une charnière par rapport à laquelle toute la voile peut faire des mouvements oscillatoires et l'autre bord vertical est attaché aux laisses. Les extrémités libres de ces laisses sont attachées au bord extérieur vertical de la voile adjacente. La largeur de la voile et la longueur de ses laisses doivent avoir un jeu, mais de telle sorte que l'efficacité de la course de travail soit maximisée. Avec ce jeu de laisses choisi, cette voile, qui est exposée au vent, effectue un coup de travail, et les trois autres voiles sont «préparées» pour ce mouvement. Le résultat technique consiste à augmenter l'efficacité du parc éolien, à simplifier la conception, à réduire les coûts d'exploitation pour l'installation et la construction.

Description de l'invention

L'invention concerne le domaine de l'énergie éolienne, en particulier les éoliennes à voile, qui peuvent être installées sur des navires et sur terre et qui peuvent être utilisées dans des zones dominées par des vents forts et où il y a une pénurie d'énergie électrique.

On connaît une centrale éolienne, qui contient quatre voiles pour chaque éolienne, qui sont des lames de travail.

Le but de l'invention est d'augmenter l'efficacité du parc éolien, de simplifier la conception, de réduire les coûts d'exploitation pour l'installation et la construction.

Le but est atteint par le fait que les hélices du VESG sont des voiles montées sur un arbre flexible qui tourne sur une suspension.

VOILES À VENT CENTRALE ÉLECTRIQUE "VEPG"

Dans la Fig. 1 montre seulement un propulseur VEHG à quatre hélices, vue de côté; dans la Fig. 2 - une vue de dessus de ce propulseur dans son moment de travail; dans la Fig. 3 - vue extérieure de VEHG de faible puissance.

Pour faire tourner le générateur sur le VEHG, on utilise des hélices de vent (VD) de type voile. Ils peuvent être plusieurs, unis en une seule guirlande, qui est fixée au câble horizontal 1 au moyen d'une pince 2 constituée d'une barre supérieure 3 et d'une bande inférieure en U 4 dans laquelle est fixé un palier 5. Les barres 3 et 4 sont fixées au câble 1 par quatre boulons. 6 (il n'y en a que deux sur la Fig. Avec le palier 5 sont connectés quatre anneaux de puissance 7, sur la Fig. On ne voit que deux anneaux, dont deux sont étirés deux câbles 8 dont la longueur doit être telle que, après qu'ils se soient étendus dans ces anneaux, 8 ils doivent être retirés des extrémités à un générateur monté sur le sol. Par conséquent, l'arbre flexible résultant 9 est constitué de quatre câbles, l'arbre du générateur et est dans une position verticale. Quatre voiles 10 sont suspendues entre deux traverses 11. Chaque traverse 11 est constituée de deux tiges 12, et au milieu de chaque tige 12 deux brins de fil courts sont perpendiculaires entre eux, formant une petite croix 13 qui empêche le déplacement de la tige 12 suivant son axe. Et chaque traverse 13 est maintenue de déplacement le long de l'axe de l'arbre flexible 9 par deux pinces arquées spéciales 14, une pince sur le dessus de la traverse 13 et l'autre à partir du bas. Ainsi, chaque hélice est constituée de deux croix 13 et de quatre voiles tendues entre elles. Selon la puissance du VEHP, plusieurs hélices formant une guirlande d'hélices peuvent être montées sur un arbre flexible. La puissance de l'EPS peut être augmentée par le nombre de ces guirlandes, et donc le nombre de générateurs. Pour VESG, les générateurs à basse vitesse sont utilisés.

Le travail du WEGP est réalisé comme suit

Dans la Fig. Les figures 1 et 2 montrent qu'à ce moment-là seulement la voile gauche communique la rotation de l'arbre flexible 9, et le reste des trois voiles ne tournent pas, mais ils ne gênent presque pas cette rotation, car ils tournent dans le vent. Ceci est obtenu grâce au fait que tous les bords verticaux extérieurs des quatre voiles sont attachés au sauteur 17 par les noeuds 16. Ces noeuds 16 sont comme des charnières pour les "portes" - les voiles 10, et les fils de filament 18 tournent ces "portes" Une des voiles fonctionnait en force, et les trois autres se préparaient constamment pour ce travail, utilisant le vent. De la Fig. 1 et 2, on voit que l'une des extrémités des laisses 18 est attachée aux voiles 10 et leurs autres extrémités au pont 17 mais sur l'autre bras adjacent de la même croix 11. La longueur des laisses 18 doit être strictement définie, sinon la course de travail de la voile faible rendement. En HD de grandes dimensions, les extrémités de leurs croisements 11 doivent être jointes par des sangles horizontales 19, les attacher aux extrémités 20 qui se trouvent aux extrémités de ces croisements 11. 2 ces tronçons 19 sont représentés par des lignes pointillées. La position horizontale des bras de tous les croisements 11 est réglée par quatre nappes 21.

L'idée constructive d'arrêter la rotation de la guirlande entière des hélices semble très simple. Avec la tension des câbles 22, tous les cavaliers 17 sont assemblés au centre, pressant les voiles contre l'arbre flexible 9, et en tirant les câbles 23 tous les cavaliers 17 se déplacent du centre, révélant toutes les voiles de la guirlande. Les extrémités des câbles 22 et 23 sont attachées en dessous à une petite traverse 24 qui est de la même construction que la traverse 11. Chaque câble 22 et 23 est constitué de plusieurs lacets. Chaque lacette ne commande qu'une voile, puisque toutes les extrémités supérieures de ces lacets sont liées aux anneaux supérieurs 25 de chaque voile et lorsque le harnais 22 ou 23 est tendu, ces anneaux 25 glissent sur les épaules de la traverse 11, repliant ou ouvrant les voiles.

FORMULE DE L'INVENTION

Le dispositif d'une éolienne à quatre voiles dans chaque éolienne, qui sont des lames de travail, caractérisé en ce que les lames de travail sont suspendues entre deux croisillons, les laisses sont fixées à une voile par une extrémité et l'autre extrémité est fixée à un pont de l'autre transmettre la rotation de l'éolienne au générateur électrique, assemblé en un faisceau de quatre câbles, et les croisements sur lesquels les voiles sont suspendues sont faites de deux tiges et fixées avec des pinces lu, les propulseurs sont formées dans la couronne pouvant tourner générateur à basse vitesse.

Version imprimable
Date de publication 31.01.2007gg