This page has been robot translated, sorry for typos if any. Original content here.

UPD: 24/06/2014 Conclusions du Conseil de l'UE sur la situation en Ukraine. Texte intégral

Выводы Совета ЕС по ситуации в Украине. Полный текст

Lors de sa réunion du 23 juin, le Conseil de l'UE a adopté des conclusions sur la situation en Ukraine.

Le service de presse du président rapporte.

Nous donnons le texte intégral du document.

1. L'Union européenne accueille Petro Poroshenko en tant que nouveau président élu de l'Ukraine. L'UE soutient le plan de paix comme principale opportunité pour désamorcer la situation et approuve les mesures décisives prises par le président pour rétablir la paix et la stabilité en Ukraine depuis l'inauguration, dans le contexte de violences croissantes des séparatistes pro-russes En particulier, l'avion militaire ukrainien, récemment abattu, a entraîné la mort de 49 personnes près de Lougansk. Cela se produit malgré les discussions encourageantes organisées avec la participation de représentants de la Fédération de Russie et du président sortant de l'OSCE à l'initiative du président, ainsi que les contacts directs entre les autorités ukrainiennes et russes à un haut niveau. Il est maintenant de plus en plus important que ces négociations donnent des résultats rapides et réels.

L'UE appelle toutes les parties à donner immédiatement leur accord et à observer un cessez-le-feu afin de stabiliser la situation sécuritaire, de parvenir à une véritable désescalade et de créer les conditions nécessaires à la mise en œuvre du plan de paix du président Porochenko. À cet égard, l’Union européenne demande à la Fédération de Russie de soutenir le plan de paix, de prendre des mesures efficaces pour stopper les mouvements illégaux de militants, d’armes et d’équipements à travers la frontière ukrainienne, d’empêcher la violence et de désarmer les séparatistes. l'accumulation à la frontière ukrainienne et également l'abolition du mandat du Conseil de la fédération pour l'utilisation de la force sur le territoire ukrainien. Le Conseil invite également la Fédération de Russie à user de son influence pour assurer la libération immédiate d’observateurs de l’OSCE et d’autres otages de la captivité de séparatistes armés.

2. Le Conseil rappelle que la Commission, le service européen des relations extérieures et les États membres ont effectué des travaux préparatoires sur d'éventuelles mesures ciblées, comme le Conseil européen de mars l'exige, afin que de nouvelles mesures puissent être prises si des événements se déroulent dans l'est de l'Ukraine cette demande.

3. Le Conseil rappelle sa ferme condamnation de l'annexion illégale de la Crimée et de Sébastopol et ne le reconnaîtra pas. Le Conseil se félicite des travaux menés pour mettre en œuvre les conséquences juridiques de l'annexion illégale de la Crimée. Le Conseil a décidé d'interdire l'importation de marchandises originaires de Crimée ou de Sébastopol dans l'Union européenne, à l'exception de celles auxquelles le certificat d'origine avait été accordé par le gouvernement ukrainien ou l'octroi, direct ou indirect, d'un financement ou d'une assistance financière, d'assurance et de réassurance liés à l'importation de ces marchandises. Le Conseil invite l'EHRN et la Commission à continuer de surveiller la situation et à prendre d'autres mesures nécessaires. Le Conseil appelle les États membres de l'ONU à envisager la possibilité d'adopter des mesures similaires conformément à la résolution 68/262 de l'Assemblée générale des Nations Unies.

4. L'Union européenne est également préoccupée par la détérioration brutale de la situation des droits de l'homme et de la situation humanitaire dans l'est de l'Ukraine et la Crimée, mentionnée dans le dernier rapport du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme. En particulier, des cas de torture, de meurtres et de disparitions de journalistes et de militants. L’Union européenne apprécie les demandes actuelles des autorités ukrainiennes qui, nous l’espérons, éclaireront la responsabilité de tels actes. Le Conseil appelle toutes les parties à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour protéger la population civile et à permettre aux organisations humanitaires, en particulier le personnel médical, de jouer leur rôle, guidées par les principes de neutralité, d’impartialité et de non-discrimination.

5. L'UE invite les autorités ukrainiennes à poursuivre leurs efforts de réforme, notamment en ce qui concerne la réforme constitutionnelle et la réforme de décentralisation, les droits des personnes appartenant à des minorités nationales, la réforme judiciaire, la lutte contre la corruption et l'amélioration du climat des affaires. Ces efforts devraient faire l’objet d’un dialogue national global. Le Conseil se félicite de la participation active continue du Conseil de l'Europe et d'autres organisations internationales à aider les autorités ukrainiennes à faire en sorte que ces réformes soient conformes aux normes européennes. L'UE a réaffirmé son engagement à soutenir le processus de stabilisation économique en Ukraine par deux paiements importants récemment accordés à la commission, d'un montant total de 750 millions d'euros au titre du contrat de construction et d'aide macrofinancière conformément aux conditions énoncées dans le protocole d'accord. Dans ce contexte, le Conseil espère qu'une réunion de coordination des donateurs de haut niveau pour l'Ukraine se tiendra à Bruxelles le 8 juillet.

6. Le Conseil attend avec intérêt de signer à la fin de cette semaine les dispositions restantes de l'accord d'association, y compris sa zone de libre-échange approfondie et complète. L'UE est convaincue que l'accord donnera une impulsion supplémentaire aux réformes politiques et économiques, assurera la modernisation, renforcera l'état de droit et la croissance économique. L'UE réaffirme son soutien à l'Ukraine concernant l'application antérieure de l'accord et sa mise en œuvre effective.

Le Conseil rappelle l'intention de la Commission de se joindre également à des consultations au niveau politique, avec l'Ukraine et la Fédération de Russie, sur des aspects de la mise en œuvre de l'accord, afin de répondre aux préoccupations concernant ses conséquences possibles. Les menaces de la Russie d'appliquer des mesures commerciales à l'encontre des pays qui signent l'accord d'association / UZZST sont injustifiées.

7. Le Conseil décide d'établir une mission sur la politique de sécurité et de défense commune afin d'aider l'Ukraine à réformer le secteur de la sécurité civile, y compris la protection de l'ordre et la primauté du droit. À cet égard, le Conseil approuve le concept de gestion de crise présenté par le Haut Commissaire en réponse à ses conclusions du 12 mai. Sur cette base, il est possible de poursuivre la planification opérationnelle en vue de décider d’autres mesures lors de sa prochaine réunion et de commencer le déploiement de la mission en été. Le Conseil souligne l'importance de la coordination et de la cohérence avec les autres efforts déployés par l'UE, l'OSCE et d'autres acteurs internationaux.

8. L'UE se félicite du travail déjà entrepris par l'OSCE et de sa mission spéciale de suivi. L'UE soutiendra les travaux de la mission et espère poursuivre son mandat.

9. regrettant que les consultations sur l'approvisionnement en gaz de la Fédération de Russie en Ukraine dans le cadre des négociations trilatérales sur le gaz, à l'initiative et avec l'aide de la Commission européenne, n'aient pas abouti et que les livraisons de gaz à l'Ukraine aient été transférées au régime Le Conseil invite les parties à parvenir à un accord dès que possible et soutient la Commission dans ses efforts pour faciliter le développement d'une solution de compromis. Cet arrangement est important pour la stabilisation de l’économie ukrainienne et pour assurer la sécurité de l’approvisionnement et du transit du gaz naturel à destination et à travers le territoire de l’Ukraine sur la base d’un régime transparent. Dans ce contexte, le Conseil souligne l'importance de poursuivre les réformes dans le secteur de l'énergie en Ukraine.

10. Le Conseil réaffirme que l'UE est disposée à renforcer les contacts interhumains entre les citoyens de l'Union européenne et l'Ukraine, en particulier par le processus de libéralisation sûre et contrôlée des visas, conformément aux critères convenus définis dans le plan d'action pour la libéralisation du régime des visas. Dans ce contexte, le Conseil se félicite du quatrième rapport de la Commission sur les progrès réalisés le 27 mai 2014. Le Conseil partage la conclusion selon laquelle l'Ukraine a satisfait à tous les critères de la première phase du plan d'action pour la libéralisation du régime de visas et décide de commencer à évaluer les critères pour la deuxième phase.

Le Conseil espère que la Commission évaluera prochainement l'impact de l'éventuel impact sur la sécurité et la migration dans l'Union européenne sur la future libéralisation des visas pour l'Ukraine et en priorité dans la deuxième phase du plan d'action pour la libéralisation du régime des visas. Le Conseil demande à la Commission de continuer à soutenir l'Ukraine dans la mise en œuvre du plan d'action pour la libéralisation des visas et de continuer à faire état de son impact éventuel sur la migration et la sécurité et sur la mise en œuvre de tous les critères du plan d'action.